Derniers articles

Retour du café Idéo le dimanche 29 octobre.

Pouvoir discuter dans une bonne ambiance et en toute convivialité des sujets qui concernent notre commune, c’est l’objectif des cafés Idéo. Venez avec vos questions, vos remarques, vos propositions, Idéo sera à votre écoute.

On vous fera un retour sur le dernier conseil municipal et sur l’actualité Guilérienne.

Si vous ne connaissez pas encore l’association, c’est l’occasion de nous rencontrer et de partager un café.

Rendez-vous dimanche 29 Octobre à partir de 10h30, salle Claudel, sous la mairie.

Le village Climat Déclic, un festival d’initiatives pour agir au quotidien

Vous ne savez pas quoi faire samedi prochain? Idéo vous propose d’aller visiter le village Climat Déclic organisé samedi 28 octobre aux Capucins. Il présentera une panoplie de solutions concrètes et locales pour réduire sa consommation d’énergie et lutter contre le changement climatique.

Organisé par Brest métropole en partenariat avec l’Ademe Bretagne, la ville de Brest et Ener’gence (l’agence Energie-Climat du Pays de Brest), le village Climat Déclic a pour ambition d’être une journée conviviale et festive pour montrer qu’il est possible, d’agir, dans la joie et la simplicité, pour un mode de vie plus sobre et responsable.

Des solutions locales et concrètes

Cet évènement est l’occasion de découvrir les acteurs du territoire engagés dans la transition énergétique. Les solutions contre le dérèglement climatique existent, les acteurs sont déjà mobilisés, et nous invitons les habitants à venir les rencontrer pour agir. Une quarantaine de structures seront présentes autour de 7 grands thématiques : l’énergie, l’habitat, les déchets, la mobilité, la consommation, la finance mais aussi la politique climatique de Brest métropole.

Un programme riche et varié

L’ouverture du village se fera le vendredi 27 octobre à 19h30, à l’auditorium de la médiathèque François Mitterrand – Les Capucins, avec la diffusion d’extraits du film Demain suivie d’un débat, en présence des élus de Brest métropole.

Quant au village, il ouvrira ses portes le samedi 28 octobre à partir de 10 heures sur la place des machines. Au programme : stands d’information, ateliers, concertation et conférences… Les enfants ne sont pas oubliés, avec des manèges à énergie musculaire, des animations réalisées par les Petits Débrouillards et deux spectacles dédiés au climat.

Le conseil municipal du 28 septembre….en bref

Un conseil de rentrée avec quelques points qui ont retenu notre attention :

Vie du conseil : Installation de Nathalie Lancien pour la liste Guilers Avenir, elle remplace Pascale Mahé.

Subvention exceptionnelle : Vote d’une subvention exceptionnelle de 1500€ au profit de la fondation de France pour l’aide aux victimes de l’ouragan Irma.

Rentrée scolaire : 1369 élèves scolarisés, légère baisse en maternelle et élémentaire, stabilité pour les collèges. On peut toutefois déplorer une fermeture de classe à l’école Chateaubriand. Une mauvaise surprise alors que l’augmentation prévue de la population devrait au contraire conduire rapidement à une augmentation des enfants scolarisés. Peut-être un excès d’optimisme de notre municipalité sur ce dossier alors que cette classe avait  déjà été menacée l’an dernier.

Ouverture de la nouvelle déchèterie : celle-ci a été réalisée par Brest Métropole, la commune de Guilers en a fait l’acquisition pour la somme de 45000€. 1720 m2 dédié uniquement aux déchets verts. Brest Métropole en assurera la maintenance également. La question que l’on peut se poser est la suivante : le mode de fonctionnement étant le même (absence de gardiennage), la bonne tenue de cette déchèterie repose sur le sens civique des utilisateurs. Malheureusement les entorses au règlement sont nombreuses, peut-être un manque d’informations ?

Le point positif de cette nouvelle structure est qu’elle est aux normes environnementales.

Budget : Le maire a indiqué être dans le flou le plus total pour élaborer le budget 2018 . Trop d’inconnues pour ce qui concerne les dotations et la compensation de la taxe d’habitation par l’état. Une situation rendue encore plus compliquée quand on a comme Guilers, un taux d’endettement important.

Services techniques : c’est une ingénieure qui prend la direction des services techniques, un poste incontournable  au vue de l’évolution de la commune. Espérons qu’elle aura les moyens nécessaires pour mener sa tâche à bien.

Points divers :

Centre bourg : C’est l’Atelier de l’Ile qui a été choisi pour assurer la maitrise d’œuvre, maitrise d’ouvrage et la communication de ce dossier. Une réunion de la commission extra-municipale devrait avoir lieu 1er semestre 2018, des réunions publiques suivront. Pour Idéo il faut que les habitants et les commerçants s’impliquent fortement sur ce futur centre bourg, il en va de la réussite du projet.

Sécurité aux abords du collège : l’opposition a une nouvelle fois posé la question de la sécurité aux abords du collège. Une fois de plus c’est le flou, la commune et le département se renvoyant la balle. Visiblement avoir un maire qui soit aussi Conseiller Départemental et Vice-Président de Brest Métropole n’apporte pas plus de solution.

Les Elus Guilers Avenir ont demandé que des mesures soient prises pour assurer la sécurité des collégiens aux abords de l’établissement et particulièrement que soient installés une limitation de vitesse à 30km/h ou des ralentisseurs.

Pour le maire les difficultés sont liées à  l’incivilité des automobilistes et au fonctionnement du collège ! Il y a effectivement des automobilistes  qui se garent n’importe où y compris sur la piste cyclable. Les mesures suggérées par les Elus Guilers Avenir ayant été d’emblée balayées, il ne reste plus au maire, dans l’immédiat, que ses pouvoirs de police: les règles de  de stationnement devront être respectées sous peine de verbalisations.

Il est vraiment temps que tout le monde se mette autour de la table pour trouver une solution à ce problème de sécurité récurrent, qui prendra encore de l’ampleur avec la circulation liée aux nouveaux quartiers du Candy et de Kerloquin.

Incivilité : Grosse colère du maire face aux incivilités constatées pendant l’été. Pour lui, il s’agit de 4 à 5 jeunes, que l’on connait mais que l’on n’arrive pas à maitriser. « Maintenant ça suffit !! »

Une colère qui masque avant tout un échec pour éradiquer cette petite délinquance.

Certains se rappellent peut-être les propos de campagne de la liste menée par P.Ogor en 2007 qui fustigeait la montée de la délinquance à Guilers due à une gauche trop permissive.

Pourtant on  ne peut pas dire que la situation se soit améliorée depuis !

Confronté à une délinquance répétée, la majorité actuelle en appelle à travailler tous ensemble pour essayer d’avancer……..sans pour autant ouvrir un espace de débat et d’échanges.

Les Elus Guilers Avenir ont déploré la fermeture des stades  de Guilers pendant l’été, qui a privé tous les jeunes Guilériens de leurs espaces de loisirs habituels par la faute des 5 responsables d’incivilités. Cette politique de sanction collective n’est pas acceptable et surtout ne règle aucun problème.

Pour Idéo il s’agit d’une réalité qu’il faut traiter, là encore en mettant tous les acteurs concernés autour de la table. La lutte contre les incivilités et la petite délinquance doit être une priorité et pas seulement sur un programme électoral.

 

Prochain conseil le jeudi 30 novembre.

ça roule….suite

Dans un article précédent : « ça roule », Idéo évoquait les transports en communs et le choix fait par certaines municipalités ou communautés de communes de la gratuité. Nous finissions l’article de la façon suivante : Pourquoi ne pas tenter l’expérience sur la métropole Brestoise ?

Dans son édition du 06 octobre, Le quotidien Le Télégramme revient sur cette idée avec l’exemple de Carhaix et de Vitré qui ont mis en place la gratuité avec pour Carhaix une fréquentation multipliée par 7 !

Bien sûr on ne peut comparer Carhaix et Brest où, la réponse  de Brest Métropole, est catégorique : « Non. Si le ticket était gratuit, il faudrait trouver 12 M€ pour équilibrer les comptes ». Il ne s’agit donc que d’une question d’argent !  Mais où est la volonté politique ? Faut-il rappeler que Brest n’est pas épargnée par les alertes à la pollution. Développer les transports en commun doit être un axe du futur plan climat, et pas seulement avec des mots mais avec des actes.

Au-delà de l’aspect financier, l’idée ne semble pas enchanter l’élu finistérien, dérangé à  «l’idée que des usagers extérieurs à la métropole ne payent pas un service payé par ceux qui y habitent ». Un argument qui va aller droit au cœur des commerçants du centre-ville de Brest qui voient le nombre de clients extérieurs à la métropole se réduire, circuler et se garer dans le centre de  Brest étant de plus en plus compliqué.

Espérons que les résultats de l’enquête sur les déplacements sur le territoire du Pays de Brest menée actuellement montreront qu’il y a une forte attente du côté des habitants de la métropole. La gratuité n’est qu’une piste mais elle mérite d’être étudiée sérieusement.

ça roule?

Pour Idéo, la semaine Européenne de la mobilité est l’occasion de faire sa rentrée. Un article qui ne concerne pas que la commune de Guilers mais l’ensemble de la métropole.

Pour ses habitants la question des transports est au cœur de leur quotidien. Beaucoup d’entre eux travaille sur Brest et la métropole et pour s’y rendre, ils doivent choisir un moyen de locomotion.

Si l’on parle de transition énergétique, pour consommer moins de carburants il est urgent d’encourager l’utilisation des transports en commun.

Quel est le meilleur argument à mettre en avant si ce n’est celui du prix.

Depuis peu certaines communautés proposent ni plus ni moins que la gratuité !

C’est le cas de  la communauté d’agglomération de Niort depuis le vendredi 01 septembre 2017. Pour son maire,  il ne s’agit pas seulement de rendre les bus gratuits, mais aussi de refondre totalement le réseau. Niort propose aux usagers une plus grande variété de modes de transport dès octobre : vélos en location longue durée et covoiturage. Pour financer le dispositif, les entreprises et les administrations sont appelées à régler une taxe de « versement transport ».

Autre exemple, Dunkerque. A partir de septembre 2018 à partir,n’importe qui pourra emprunter n’importe laquelle des neuf lignes de bus du Dunkerquois sans dépenser le moindre centime. Une décision qui fait suite à une expérimentation menée depuis 2015, les bus sont déjà gratuits chaque week-end. Il s’agissait alors de tester le concept et force est de constater que ça fonctionne. Depuis cette date, les bus embarquent 29% de passagers en plus le samedi et même 70% de plus le dimanche !

Si la gratuité des transports en commun permet d’en augmenter la fréquentation, c’est bon pour la planète et pour le portefeuille des habitants alors pourquoi ne pas suivre l’exemple de Niort et de Dunkerque ?

Pourquoi ne pas tenter l’expérience sur la métropole Brestoise ?