A Guilers, le débat c’est tabou !

Il aura fallu attendrlinky-300x157e un mois avant d’avoir une réponse de la mairie sur notre demande de débat public sur les compteurs Linky : c’est NON !

La réponse du maire est sans appel : L’initiative du débat, au vu de la répartition des compétences et de nos connaissances dans le domaine, n’appartient pas à la municipalité.

Dans ce cas qui peut prendre l’initiative ? Idéo a essayé mais les responsables d’Enedis ne répondent qu’aux demandes qui émanent des municipalités. N’est-il pas dans les prérogatives d’une municipalité de répondre aux interrogations et inquiétudes des administrés ?

Le Guilérien devra-t-il aller poser ses questions dans les débats organisés dans les autres communes de la métropole où les maires savent être à l’initiative et à l’écoute de leurs administrés ?

En ce qui concerne notre collectivité, nous relayerons l’information relative au déploiement du compteur Linky auprès de nos habitants, par le biais de nos supports de communication habituels. Pour ma part, et sans vouloir me soustraire à mes responsabilités, je reste vigilant concernant la santé de mes concitoyens et je prends connaissance régulièrement de la teneur des débats sur cette question. Toutefois, je m’en remets à l’expertise des autorités de santé qui ne relaient pas actuellement d’informations négatives sur ce dispositif.

 Lors des cafés Idéo, dans les échanges avec les habitants de la commune on a fait le constat suivant : Il y a beaucoup de questions, de demandes d’explications, de précisions sur ces compteurs communicants.  Il suffit de lire la presse et les réseaux sociaux pour mesurer l’inquiétude et l’incompréhension face au déploiement à grandes échelle de ces nouveaux compteurs.

Organiser un débat public sur le sujet c’était tout simplement répondre à une attente.

Est-ce si difficile à organiser ? Que craint la municipalité ? Est-ce simplement parce que l’idée vient d’Idéo ?

A longueur de journée les politiques nous disent qu’ils sont à l’écoute, sur le terrain.  Cet exemple nous montre qu’entre les mots et les actes il y un fossé de plus en plus grand.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.