AVIS DE TEMPÊTE : sauvons ARKEA ! Idéo soutient et vous propose de signer la pétition

En Janvier 2016, Idéo publiait l’article suivant:

Autonome depuis sa création, le Crédit Mutuel Arkéa est en pleine santé. Or, aujourd’hui, le Crédit Mutuel Arkéa et, avec lui, le tissu économique local sont en danger ! En effet, le Crédit Mutuel de l’Est (CM11-CIC) tente le passage en force d’une réforme des statuts de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel pour prendre le contrôle du Crédit Mutuel Arkéa, ce qui reviendrait à éloigner les centres de décision sur Paris et à mettre en risque l’emploi des 9 000 salariés du groupe et de leur famille, celui de ses 1 600 partenaires, fournisseurs et prestataires.
Quand l’emploi est menacé dans une entreprise de cette importance au niveau local, c’est tout l’emploi régional qui est menacé !Le maintien de l’indépendance d’Arkéa est vital pour la Bretagne et pour l’économie numérique française ! Alors faites comme Idéo : signez la pétition

Deux ans après, le combat continue avec une nouvelle tribune et une nouvelle pétition:

Nous, entrepreneurs, élus, associations et citoyens bretons faisons part de notre vive inquiétude concernant l’avenir du Crédit Mutuel Arkéa et des emplois qu’il génère en Bretagne et dans l’Ouest. Le CM11-CIC tente une véritable « OPA Hostile » sur les actifs de cette banque prospère et innovante. Nous soutenons Arkea dans son combat pour le maintien de son indépendance en quittant la marque Crédit Mutuel. Plus que celui d’une entreprise, ce combat est avant tout celui de la décentralisation et du maintien des centres de décision en région. Nous réclamons d’urgence de la Banque Centrale Européenne qu’elle reconnaisse Arkéa en tant que banque coopérative et mutualiste indépendante et demandons à l’Etat français de rendre possible cette demande.

Si vous souhaitez signer la pétition c’est ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.