C’est à Guilers que ça se passe

Un témoignage reçu d’une habitante de Guilers

Samedi 20 octobre, 1er jour des vacances scolaires. Il fait beau, un petit tour au jardin de kermonfort avec les petits enfants pour démarrer l’après-midi.

Tiens une partie de l’enceinte du terrain de jeu est clôturée ? cela doit être récent. Sans doute un bon moyen pour sécuriser les plus petits.

Sur place, 4/5 jeunes, 12, 13 ans discutent, jouent au ballon. Un moment, leur ballon a la mauvaise idée d’atterrir chez un voisin.

Les jeunes reviennent un peu plus tard dans l’aire de jeux, déconfits et me demandent si je ne peux pas intercéder auprès du voisin qui ne veut pas leur rendre le ballon.

J’y vais en leur demandant de ne pas venir tous mais un ou deux. Le voisin ouvre la porte. Je lui demande poliment s’il peut rendre le ballon aux jeunes qui s’engagent à faire attention. Voici la réponse :

  • Ils (ils ?) ont cassé le portillon de l’enceinte à peine posée
  • Il est interdit de jouer au ballon dans le jardin de kermonfort car la Mairie n’aime pas que l’on casse les arbres
  • Ils n’ont qu’à aller jouer au terrain de foot
  • Les ballons ont cassé son mur à force de taper dessus (nb : il m’avait l’air pourtant en bon état ce brave mur)
  • Je vais aller à la mairie apporter les ballons et prévenir le Maire

Face à ces accusations, les jeunes n’hésitent pas à s’exprimer, après tout ce sont des citoyens dont la parole a autant de valeur que celle d’un adulte non ! Ils font remarquer au voisin que rien n’est indiqué sur le règlement d’utilisation de l’aire de jeux et qu’il n’a pas à les photographier (les jeunes l’ont vu les les photographier de sa fenêtre) …Le voisin rétorque qu’il a bien le droit de photographier son jardin non !

L’important, pour les jeunes, étant de récupérer leur ballon, j’arrête comme je le peux cette discussion qui ne mène à rien sinon à énerver toute le monde et nous réussissons à repartir avec le ballon.

Tout de même, si les jeunes ne peuvent pas jouer sur un terrain de jeu, où peuvent-ils aller ?

Certaines personnes ont dû oublier qu’ils ont été jeunes, qu’ils ont eu à un moment des jeunes chez eux.

Nb : quand les jeunes ont quitté le jardin, ils m’ont remercié pour le ballon.

Pour Idéo cette scène est un bon exemple des difficultés du vivre ensemble. Sous prétexte que certains jeunes commettent des incivilités il ne faut pas pour autant tous les stigmatiser ! Un simple rappel à l’ordre, en leur rappelant qu’ils doivent faire attention aux autres enfants sur l’aire de jeu, tout en respectant les riverains aurait sans doute été plus efficace.

Quel sentiment garderont ces jeunes de ce début de vacances : l’intolérance ou la compréhension d’un adulte ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.