Des vœux « sans langue de bois »?

Des vœux « sans langue de bois » ?

bref 2La cérémonie des vœux aux associations présidée par le Maire et son compte rendu dans la presse locale, ont suscité des réactions diverses. Ces vœux sont pourtant l’occasion pour les représentants d’associations de partager un moment convivial et de se retrouver par delà les positionnements politiques. A Guilers nous avons à nouveau, cette année, été témoins d’un discours clivant, avec des prises de positions très marquées, sur lesquelles Idéo tient à réagir.

1ère flèche pour le Maire de Brest , en reprenant les propos qu’il avait tenus en conseil communautaire le 11 décembre :

« Si nous avions à Guilers une mosquée avec un imam tenant les mêmes prêches inacceptables que celui de Pontanézen, je ferais fermer immédiatement cette mosquée au nom du pouvoir de police du maire. Que fait notre justice face à ces fous de Dieu qui sont simplement des fous tout court ? » (OF 11/01/16)

Commentaire d’Idéo

Nous condamnons absolument les propos de l’imam de la mosquée Sunna à Brest. Ceci ne fait aucun doute. Mais un maire a-t-il le pouvoir de fermer un lieu de culte parce que s’y tiennent des propos offensants ?

Un maire a des pouvoirs de police (fondés sur les articles L. 2122-1 et 2 du CGCT) pour prévenir les atteintes à l’ordre public. C’est une police donc préventive et la compétence répressive appartient à l’Etat par le biais des services de police et du Parquet.

Pour qu’un maire puisse interdire une réunion ou manifestation, il faut que celle-ci soit potentiellement à l’origine de troubles d’un important degré de gravité. Pour faire simple : la liberté est la règle et l’interdiction est strictement encadrée par le juge.

Dans les circonstances que cite Mr Ogor, fermer le bâtiment aurait été jugé illégal comme étant hors de proportion avec les faits qui sont reprochés et aurait entraîné la responsabilité de la collectivité.

Et pourtant, il le clame. De deux choses l’une :

Ou bien Mr le Maire méconnait la loi et le droit, ce qui est regrettable,

Ou bien il la connaît parfaitement, mais il passe outre, l’occasion étant trop belle de draguer ainsi les 17% de votes bleu marine enregistrés à Guilers lors des élections régionales. Le tout, la veille des portes ouvertes des mosquées en France… Décidément, la posture « sans étiquette » a fait long feu !

2eme flèche pour les services sociaux du département, responsables de « la situation catastrophique de trois jeunes mineurs d’origine africaine placés de façon transitoire au foyer Don Bosco et mis dehors le 23 décembre » (OF 11/01/16)

Commentaire d’Idéo

Nous avons eu l’occasion d ‘échanger à ce sujet avec certains des personnels des services sociaux départementaux qui ont la mission délicate de prendre en charge ces Mineurs Isolés Etrangers et qui font du mieux qu’ils peuvent avec les moyens dont ils disposent.

Il était sans aucun doute difficile et angoissant pour les 3 MIE d’être déplacés alors qu’ils commençaient à prendre leurs marques à Guilers, mais voici quelques points de contexte à prendre en compte :

Lorsque des jeunes Mineurs Isolés Etrangers sont pris en charge par les services sociaux départementaux, le protocole prévoit une enquête auprès des pays d’origine visant à confirmer leur identité, leur âge, et dans la mesure du possible, retrouver des proches. En temps de conflits et d’afflux de réfugiés, le délai d’enquête s’allonge. Pour nos 3 MIE, le retour d’enquête se fait toujours attendre, et leur placement ne pouvait être maintenu dans ce foyer dévolu aux placements d’urgence familiale, particulièrement nombreux en Finistère au moment des fêtes de Noël.

En cette période d’attente, la loi prévoit une prise en charge (nuitées, repas, accès aux soins), ce que fait le Département pour la centaine de MIE actuellement recensés à Brest. C’est un minimum, mais rien n’empêche les municipalités, associations… de les accompagner davantage. La mobilisation de Guilériens pendant les vacances de Noel, sur l’impulsion des enseignants du collège, en est une belle illustration.

3ème point sur lequel Idéo souhaite réagir : les finances municipales. De ce côté là, tout va bien d’après Mr le Maire, qui revient sur la dette : 1,6 M€ en 2008, et 5,1 M€ à la clôture du compte administratif 2105. Il justifie, comme d’habitude, cette dette par l’ensemble des investissements réalisés.

Commentaire d’Idéo : C’est le rythme de ces investissements et le recours systématique à l’emprunt que nous dénonçons. A ce propos, avez-vous bien noté ? « 5,1M€ à la clôture du compte administratif 2105 », c’est donc  environ 400 000 Euros de plus en un an. Pourtant, lors du Conseil Municipal consacré au budget, le 28 mars 2014, le Trésorier Municipal préconisait « pour financer les investissements futurs, de restreindre le recours à l’emprunt ».

Comment justifier alors cette nouvelle hausse de la dette municipale?

Quant aux projets pour l’année à venir : rien sur l’aménagement du centre bourg, rien sur la sécurité aux abords du collège, rien sur le devenir des installations sportives de Penfeld, pas de projet innovant……

Des vœux « sans langue de bois », disait la presse locale…. Au vu des compléments d’information qu’Idéo apporte ici, les vœux étaient, au contraire, très langue de bois. A trop vouloir être populaire, on en devient vite populiste.

Ref :

http://www.ouest-france.fr/bretagne/guilers-29820/voeux-du-maire-une-ceremonie-sans-langue-de-bois-3965568

http://www.mairie-guilers.fr/sites/default/files/public/Vie-municipale/CR/compte_rendu_conseil_de_mars.pdf, p7

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.