Ici c’est Brest, où il fait bon vivre et travailler

Depuis l’année 2011, le magazine l’Express publie le palmarès des villes où il fait bon vivre et où il fait bon travailler. Voici un extrait de cette enquête :

Le classement « Où fait-il bon vivre? » réunit une quinzaine d’indicateurs qui vont de la météo à l’offre culturelle en passant notamment par la qualité de l’air, la part d’étudiants, l’offre de soins, la sécurité et les prix de l’immobilier. En 2018, il consacre Rennes comme ville championne de la qualité de vie dans l’Hexagone. C’est tout de même moins surprenant que le bon classement des villes qui la suivent: Limoges, Angers, Clermont-Ferrand, Brest  (5eme) et Saint-Etienne. Des villes qui ne sont certes pas les destinations plus glamour mais dont les atouts sont loin de s’arrêter à un coût du logement dérisoire comparé aux prix franciliens. 

Le second classement, « Où fait-il bon travailler? », privilégie des indicateurs comme le taux de chômage, l’évolution de l’emploi, la part de cadres, l’accessibilité ferroviaire et aérienne des villes mais aussi le degré d’insertion de leurs jeunes et le niveau de revenu de leurs habitants. Cette année, Nantes sort en tête de cette confrontation, talonnée par Rennes, Lyon, Grenoble, Bordeaux, Toulouse et Annecy. Des grandes villes situées dans des régions très attractives, tant d’un point de vue purement économique que touristique. 

Bilan global? Si les métropoles proposent les meilleurs conditions pour un nouveau départ d’ordre professionnel ou entrepreneurial, elles peinent à briller par leur qualité de vie, handicapées par un coût du logement parfois exorbitant, un environnement malsain et une forte insécurité. Rares, très rares sont les perles rares à offrir à la fois un vrai marché de l’emploi, actif et diversifié, une vie culturelle riche, des établissements médicaux de renom, une bonne fac, un coeur de ville animé, une délinquance sous contrôle et bien sûr la possibilité de se loger sans se ruiner. Ce qui laisse la place à des villes moins peuplées, à taille humaine, qui satisferont toutes les bourses et tous les projets de nouvelle vie. 

Pour Idéo le bon classement de Brest, 5eme du classement où il fait bon vivre et 14eme de celui d’où il fait bon travailler, n’est pas une surprise mais le fruit d’une politique menée depuis de nombreuses années. Ce résultat et sa médiatisation permettront peut-être de changer l’image de Brest auprès des chercheurs d’emplois qui hésitent souvent à venir à la pointe du Finistère.

L’article complet ici

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Ici c’est Brest, où il fait bon vivre et travailler

  1. bernard cleret dit :

    le soleil c’est comme l ‘argent ça ne fait pas toujours le bonheur.!!!

    on se rend souvent compte que Brest(et sa région) est belle que quand on la quitte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.