Le conseil municipal du 19 avril….. en bref

Un conseil municipal très léger consacré principalement aux subventions. Sur ce sujet rien de neuf, oublié le projet de revoir les critères d’attribution, on ne change rien, meilleure façon de ne froisser personne. Si à Guilers les impôts locaux augmentent tous les ans, il n’en va pas de même pour les subventions : pas d’augmentation !

Une fois de plus la maire a choisi de s’exprimer en propos liminaire à ce conseil : il a interpellé les élus de l’opposition en  évoquant  la lettre idéo !

Visiblement l’édito  lui a causé des migraines.  Idéo ose poser la question suivante : n’est-ce pas un aveu d’échec de celui qui faisait de la sécurité sa priorité que la mise en place de caméras de surveillance ?

Les élus ont été obligés  de lui rappeler qu’il était en conseil municipal et que s’il souhaitait interpeller Idéo, il n’avait qu’à le faire directement.

Ce n’est pas la première fois que le Maire évoque Idéo en conseil alors qu’Idéo n’a pas la possibilité de répondre.

Pour terminer  ce conseil  les élus de l’opposition ont questionné le maire sur la fermeture de la maison de la presse. Il regrette sa fermeture,  il a proposé son aide à la commerçante mais sans succès. Il y aurait plusieurs candidats pour reprendre cette activité mais peut-être pas dans le même local. Quant à la boucherie, le projet présenté ne semblait pas très crédible. Pour le Maire le commerce souffre, il peut apporter son aide mais en s’assurant qu’il n’y a pas de distorsion de concurrence, en clair il ne peut avantager durablement un commerce qui s’installe vis-à-vis de ceux déjà en place. Pour lui, il faut aussi que les commerçants se remettent en cause. Visiblement un manager de la métropole viendra sur Guilers pour essayer de trouver des pistes. Le Maire assure qu’il fera des annonces pour relancer le commerce avant la fin de l’année.

Pour Idéo il était temps et on peut même se poser la question : pourquoi attendre encore ?

Rappelons que l’étude (financée par les Guilériens) réalisée fin 2016 prévoyait un plan d’actions. Un an et demi plus tard, toujours rien !

En conclusion un constat : les conseils se suivent et se ressemblent : très peu de débats, une opposition toujours mise à l’écart des réflexions et une autosatisfaction de l’équipe majoritaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.