Le conseil municipal du jeudi 16 mai….en bref

1/ En préambule de ce conseil, Antonin Masset, chargé de mission, est venu présenter le résultat de ses 3 mois de travail concernant l’avenir de la médiathèque.

Difficile de résumer en quelques lignes une présentation très riche, documentées, ne s’appuyant pas que sur les résultats de l’enquête menée auprès des Guilériens (314 réponses), mais d’un travail en immersion de 3 mois à la médiathèque.

Tout d’abord un constat inquiétant : la forte baisse des abonnés de la médiathèque avec -40% de prêts en 10 ans ! Une baisse qui s’explique par la dématérialisation des pratiques culturelles et la concurrence du numérique. Si le phénomène est national, un comparatif avec d’autres communes de Brest Métropole montre que Guilers s’en sort moins bien que Gouesnou, Guipavas et Le Relecq Kerhuon.

Pour pallier ce déclin, plusieurs pistes :

  • Elargir les horaires d’ouverture. 57% des actifs sondés estiment que les horaires actuels leur pose problème.
  • Améliorer la communication : nombreux sont les abonnés qui ne connaissent pas tous les services que leur offre la médiathèque
  • Améliorer le cadre pour en faire un lieu où l’on se sent bien, un lieu fonctionnel et adaptable
  • Diversifier l’offre avec les jeux vidéo, des ateliers thématiques, une aide aux démarches administratives……

Pour Antonin Masset, il y a un métier à réinventer, il faut maintenir l’offre de prêt tout en développant la médiation. Il faut être à l’écoute de l’évolution des attentes. Un nouveau métier qui nécessite de nouveaux savoir-faire. Quant à la notion de troisième lieu, elle ne se décrète pas, il faut mettre l’usager au centre.

A l’issue de cette présentation, la vingtaine d’élus de la majorité est resté sans voix ! pas une question, pas une demande d’explication, rien !

Seuls l’opposition a soulevé quelques points :

  • Quand on parle de tiers lieu, de compétences élargies on pense à l’Agora. Quelle articulation est prévue avec la médiathèque ?

Pour le maire, c’est simple : dans les deux cas il s’agit d’argent public donc il faut travailler ensemble.

  • Le développement du numérique conduit à l’utilisation de liseuses, la médiathèque ne pourrait-elle pas envisager leur prêt ?

C’est déjà en place mais malheureusement peu de personnes le savent. (Antonin Masset)

  • Quand on parle de métier à réinventer, on pense compétences et formations, qu’est-il prévu pour le personnel ?

Maire : ils pourront, s’ils le souhaitent aller en formation (visiblement pour l’instant rien de prévu)

  • Le groupe de travail va-t-il se poursuivre ?

Il s’est réuni à deux reprises et je pense qu’on a fait le tour. Aujourd’hui il est en veille. (Antonin Masset)

Idéo : Si la primeur de cette présentation a été faite au conseil, il serait cohérent qu’il y ait une restitution publique. Les Guilériens ont été sollicités pour répondre à une enquête, il serait normal qu’ils puissent avoir la restitution des résultats.

Il va falloir maintenant bâtir un plan d’actions pour essayer d’inverser la tendance et redonner de l’attractivité à la médiathèque. Sur ce point le maire souhaite ne pas aller trop vite, « il ne faut pas se précipiter ».

Pour Idéo la question qui se pose est la suivante : qui va porter ce dossier une fois que la mission de A.Masset sera terminée ? Quels seront les moyens alloués à cette évolution ? S’il ne faut pas confondre vitesse et précipitation il n’y a plus de temps à perdre non plus !

2/ Choix du gestionnaire pour la concession de service public pour la gestion et l’exploitation d’un établissement Multi accueil.

Trois candidats étaient en lice :

  • People and baby, actuel gestionnaire, société à but lucratif très peu présente dans l’Ouest.
  • Don Bosco, En jeu d’enfance. Une association bien connue dans la région, c’est l’acteur associatif le plus important dans le Finistère. Il fait partie des acteurs de l’économie sociale et solidaire
  • Léo Lagrange. La fédération Léo Lagrange regroupe de nombreuses associations qui mènent des actions sociales très diversifiées.

Comme il y a cinq ans, la municipalité a fait le choix de People and Baby avec pour seul argument : c’est l’offre la plus avantageuse pour la commune.

Les arguments de proximité, du travail avec des acteurs de ESS (économie sociale et solidaire), de mutualisation possible avec les autres structures présentes sur le département n’ont pas été retenus. Idéo ne peut que le regretter.

3/ Les autres points du conseil concernaient les subventions que l’on peut résumer ainsi : pas d’augmentation.

Prochain conseil au mois de Juin

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.