Le sénat approuve le projet  » Zéro chômeurs de longue durée »

Après les députés en décembre, Les sénateurs ont adopté mercredi soir à l’unanimité moins une voix isolée la proposition de loi socialiste qui doit permettre la création de CDI financés par la redistribution des allocations du chômage. Ce projet « zéro chômeur de longue durée » devrait être expérimenté à Mauléon, dans l’Ille-et-Vilaine, en Meurthe-et-Moselle et dans la Nièvre à compter du mois de juillet prochain. « Nous avons calculé qu’au bas mot le coût total d’un chômeur de longue durée par la collectivité varie de 15 à 20.000 euros par an. Il n’y a donc pas de problèmes pour financer des créations d’emplois », pose Patrick Valentin. Voilà des années et deux livres que l’animateur du réseau Emploi-Formation d’ATD Quart Monde teste cette idée frappée de bon sens auprès d’une audience de plus en plus large. Enveloppée de l’adroit emballage, « Territoires zéro chômage », la démarche propose de confier à des comités locaux la création des nouveaux emplois en fonction des compétences des chômeurs locaux volontaires et des besoins non pourvus du territoire. Un nouveau fonds public financera pendant cinq ans une part de chaque CDI porté par les employeurs mobilisés (associations, entreprises d’insertion, etc). Les sénateurs ont élargi le texte  à tous les chômeurs de longue durée quel que soit le motif de rupture du dernier contrat de travail. L’expérimentation concernerait à terme 3.000 personnes dans les dix territoires concernés.

OxkWLnnJcMZNPWD-1600x900-noPadLa loi envisage jusqu’à 10 territoires expérimentateurs et, déjà, une poignée a démarré l’identification des besoins locaux, en particulier Pipriac, en Ille-et-Vilaine, le plus avancé.  Ces premières expériences montrent la nécessité de bien former les comités locaux, en particulier pour éviter le risque de concurrence avec le secteur marchand. Les premiers travaux de Pipriac évaluent à 60 % la part des emplois qui serviront des intérêts collectifs et à 40 % celle d’entreprises ou de particuliers. Désherbage des cimetières, curage des fossés, assistance aux personnages âgées, pompistes, les idées ne manquent pas. Patrick Valentin insiste sur le développement d’emplois présenciels. « Cela fait quarante ans que l’on demande l’essor de ces services. L’embauche récente de très nombreux vigiles, suite aux attentats, montre qu’on peut y arriver avec la volonté. »

Le texte doit à présent faire l’objet d’une commission mixte paritaire de sept députés et sept sénateurs chargée de trouver un texte commun aux deux chambres.

 

Pour Idéo, lutter contre le fléau du chômage nécessite des moyens mais aussi des idées. Celle portée par ATD Quart monde peut apporter une solution dans les territoires avec une démarche au plus près du terrain. Le succès sera au rendez-vous si chacun y met du sien et si les comités locaux sont efficaces.

On le constate tous les jours, il y a des gisements d’emplois….. Mais non pourvus parce que non rentable. N’est-il pas temps de trouver des solutions ? Sur la commune de Guilers, n’y a-t-il pas des services, des travaux qui pourraient être proposés à des chômeurs de longue durée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.