Parents d’élèves: le récré-goûter leur reste sur l’estomac!

Lors du passage aux nouveaux rythmes scolaires, à la rentrée 2014, la municipalité a fait le choix de ne pas mettre en place de TAP, projet sur lequel elle avait indiqué être en réflexion depuis plusieurs mois pendant la campagne des municipales.
En septembre, finalement, pas d’activités sur le temps réservé aux TAP, mais, puisqu’il faut bien occuper les enfants entre 16h15 et 17h, un gouter leur était offert et un temps récréatif libre, le temps d’assurer une transition entre l’école et d’autres activités.
Année 2: la mairie a voté, lors du conseil municipal, du 18 juin dernier, que ce récré-gouter coûterait désormais 1€ par enfant et par jour, prix unique quelle que soit la situation financière des familles. L’information selon laquelle le récré-gouter serait proposé à 1.30€ s’était répandue après la commission municipale, et la grogne montant chez les parents d’élèves, le maire a pris les devant en début de conseil pour annoncer un tarif moindre à 1€.
Donc, en pratique, à moins de pouvoir venir chercher son enfant à 16h15, cette décision engendre quand même un cout supplémentaire de 4€ par enfant par semaine, ce qui peut sembler dérisoire… Pourtant, pour une famille de deux enfants, ce qui est le plus courant en maternelle et primaire, le coût monte à 32€ par mois… (sans différentiation selon le quotient familial).
Les élus de la minorité sont intervenus en Conseil Municipal sur les points suivants:
• Ils ont déploré l’absence de TAP à Guilers, et ils ne sont pas les seuls puisque cet élément revient 22 fois sur les 50 motifs d’insatisfaction des parents dans le sondage effectué par l’APE de Chateaubriand (et ce, bien que ce sondage n’ait pas porté sur cette question. Un nouveau sondage à venir sur l’absence de TAP?)
Donc, pour l’année prochaine, non seulement il n’y a pas de TAP sur le temps conçu à cet effet, 16h15-17h, mais en plus le récré-gouter devient payant.
• Ce temps du récré-gouter est inclus dans le Projet Éducatif Territorial, il est présenté comme un espace de transition pour tous les enfants entre l’école et d’autres activités… Il représente un temps de socialisation pour les enfants. Le coût va sans nul doute le rendre moins accessible, c’est très dommageable pour les enfants. Peut-on d’ailleurs valider un projet éducatif dont une partie n’est pas ouverte à tous sans restriction?
• Une partie des enfants reste au récré-gouter pour bénéficier ensuite de l’aide aux devoir organisée par la CLE: pourront-ils tous rester dans ces conditions? Pas sûr… là encore, le tarif pourrait exclure des enfants.
• Pour finir, les élus avaient demandé en commission municipale le pourquoi de cette tarification du récré gouter:
o L’adjointe aux affaires scolaires leur avait répondu que c’était à la demande des parents. Au vu des réactions et des appels reçus par les élus de la minorité tout au long de la semaine, les parents ne se souviennent pas du tout avoir demandé à payer le récré-gouter!
o Un complément de réponse par mail de la mairie aux élus sous-entendait que cette nouvelle tarification serait sans incidence car la plupart des enfants restent au delà de 17h. Or, à l’examen des chiffres de fréquentation que l’on trouve sur le site de la mairie (le diaporama), en fonction des écoles et des niveaux, de 42 à 51% des enfants fréquentent le récré-gouter quand de 8.8 à 12.5% vont en garderie. Donc d’après ces données, les 3/4 des enfants qui vont au récré gouter ne restent pas. La justification est donc non fondée.
• Les élus avaient également demandé si les parents étaient au courant de cette nouvelle tarification, on leur a répondu que oui, que les parents avaient reçu un mot indiquant que tous les documents étaient en ligne sur le site de la ville. Après examen des documents en ligne:
o Dans le compte-rendu du Copil, ce qui est mentionné est que « une réflexion est entamée sur l’ensemble des tarifs avec notamment l’éventuelle création d’un forfait intégrant le temps du forfait gouter et de garderie ». Ceci n’indique pas que le récré-gouter seul puisse devenir payant.
o Par ailleurs le projet de Projet Éducatif Territorial (PEDT) 2015-2018 ne mentionne jamais que le récré gouter puisse devenir payant.
Pas étonnant que les parents d’élèves puissent se sentir mal informés et mis devant le fait accompli!

Pour toutes ces raisons, les 5 élus de la minorité ont voté contre cette tarification. Tous les autres membres du conseil ont voté pour, qu’ils soient parents d’enfants scolarisés en primaire-maternelle ou non….
Aux dernières nouvelles, les associations de parents d’élèves des deux groupes scolaires publics ne décolèrent pas et réfléchissent à des actions à mener.
Affaire à suivre…..

Un commentaire

  1. Ancien de l’Ecole Normale de Quimper, je me souviens des cours à propos de l’école laïque.
    Il m’a été enseigné que l’école est laïque et gratuite et que le maire est garant de cet état.
    Qu’il n’y ait pas de véritables TAP organisés est déjà une faute, qu’on les remplace par goûter payant est inadmissible. Les mairies recoivent pour les TAP des subventions propres, que va en faire notre Maire?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.