Plus belle est la nature ou Poubelle est la nature ?

Voici un témoignage, photos à l’appui, d’une habitante de Guilers :

« Bonjour, le civisme, du mot latin civis, désigne le respect du citoyen pour la collectivité dans laquelle il vit Visiblement certains ne connaissent pas ce terme et n’ont aucun respect pour la planète qui les accueillent.

C’est lors d’une marche dominicale près des jardins partagés à Guilers que j’ai découvert ce dépôt sauvage d’ordures. Visiblement il s’agit d’un professionnel qui n’a pas pris le temps d’aller jusqu’au centre de tri. Une fois rentrée chez moi j’ai signalé ce dépôt à Brest Métropole et je suis allée aujourd’hui signaler le problème à la Mairie de Guilers. Je n’étais pas la première, un cycliste avait signalé le problème dès samedi. »

Pour formuler une demande relative à l’espace public, voici le lien

Si vous aussi vous souhaitez nous faire part de vos témoignages, n’hésitez pas : ">


Les chemins ruraux qui desservent les espaces agricoles peuvent devenir rapidement des zones de dépôts sauvages au coin d’un bois ou dans une rivière. Le dépôt sauvage est un dépôt d’ordures, quel qu’en soit la nature ou le volume, en un lieu où il ne devrait pas être. C’est un acte d’incivisme. Les dépôts sauvages sont interdits depuis la loi du 15 juillet 1975 mais ils font, hélas, toujours partie de notre paysage.

Selon une étude prochainement publiée par l’Ademe, l’exaspération est à son comble chez les élus locaux. Ils ont massivement répondu à son enquête visant à mieux cerner le phénomène des dépôts illégaux de déchets et à trouver des solutions pour l’endiguer. Ses résultats nourriront le projet de loi en préparation sur l’économie circulaire et un guide de bonnes pratiques qui devrait les aider. 

Que dit la loi ?

Chaque producteur de déchets, qu’il s’agisse d’une collectivité locale ou d’un industriel est responsable de ses déchets, et des conditions dans lesquelles ils sont collectés, transportés, éliminés ou recyclés (art. L.541-2 du code de l’environnement). Tout dépôt de déchets (dont les abandons d’épaves) est interdit sur l’espace public et sur le terrain d’autrui (art. R.632-1 et 635-8 du code pénal).

Nul doute que le nécessaire sera fait pour nettoyer le site mais, sauf à pouvoir l’identifier, le responsable restera impuni et pourra sévir à nouveau. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.