Archives par mot-clé : écoles

Conseil municipal du 29 septembre…..en bref

Un conseil municipal qui nconseil-municipal’aura duré qu’une petite heure, pourtant les élus ne s’étaient pas réunis en séance plénière depuis le mois de juin. Sans doute le signe d’une majorité municipale qui agit avec le minimum de concertation et qui présente les dossiers une fois qu’ils sont finalisés.

Difficile dans ces conditions pour la minorité de faire correctement son travail et d’être constructive.

1/ Rentrée scolaire

Un point traité à toute allure avec le minimum d’informations : 1 392 élèves scolarisés sur la commune, 867 en maternelles et élémentaires, des chiffres qui ne montrent pas une évolution notable depuis l’an dernier.

Une présentation a minima dont ce sont émus les élus de l’Opposition, le maire a promis qu’ils auraient les informations plus détaillés s’ils le souhaitaient. Malheureusement le point ne sera plus à l’ordre du jour !

2/ Participation communales aux charges de fonctionnement de l’école Sainte Thérèse.

Cette participation est calculée en se basant sur le coût de fonctionnement d’un élève en école publique.

Celui-ci était de 697 € en 2015, et passe à 724 € en 2016. Une augmentation qui s’explique par la modification des rythmes scolaires, les écoles étant passées  du régime des 4 jours à celui des 4,5 jours. Il y a donc davantage de charges de fonctionnement pour les écoles publiques, qui sont ouvertes, chauffées, éclairées, etc… une demi-journée de plus par semaine par rapport à 2015.

Comme les années précédentes, le maire calcule la participation aux frais de fonctionnement de  l’école Ste Thérèse en appliquant le même coût de fonctionnement par élève que dans les écoles publiques.

Un argument recevable, sauf que l’école Sainte Thérèse a fait le choix de rester à la semaine de 4 jours. Pour être parfaitement équitable, il aurait fallu en tenir compte et calculer cette participation en tenant compte de 4 jours d’activité, et non 4 jours et demi.

En période de restriction budgétaire, n’y avait-il pas là une économie possible tout en respectant un traitement égalitaire que l’élève soit dans le public ou dans le privé ?

3/ Demande de subventions exceptionnelles OMR Guilers-Bohars

L’association des officiers mariniers en retraire de Guilers-Bohars a sollicité une subvention exceptionnelle pour le renouvellement de son drapeau. Le coût s’élève à plus de 450 €.

La mairie de Guilers a octroyé la somme de 150 €. Pourquoi 150 € ? Cette question reste sans réponse…

Le maire a juste indiqué que si la mairie prenait la totalité des coûts pour les associations d’anciens combattants, l’OMR n’entrait pas dans cette catégorie.

Au sujet des subventions aux associations la minorité a demandé où en était le projet de révision des critères d’attribution. « Le projet avance bien, quand on aura fini on vous le présentera ainsi qu’aux présidents d’associations. »

Bonjour le dialogue constructif !

4/ Etude redynamisation du commerce de centre-ville

Dans sa lettre N°2 du mois de juin, Idéo avait consacré toute une page au sujet du commerce à Guilers en titrant : je fais le choix du commerce de proximité. Pour ce faire nous étions allés à le rencontre des commerçants. Ceux-ci nous avaient fait part de leurs difficultés et de l’absence de dialogue avec les élus. Pour preuve il n’avaient pas d’interlocuteur élu chargé du dossier à la mairie.

Ce sont même les commerçants qui avaient dû solliciter la mairie pour avoir une réunion.

Visiblement la municipalité commence à prendre conscience du problème et Idéo ne peut que s’en réjouir.

La méthode choisie est de confier une étude au cabinet « Cibles et Stratégies ». Il y aura tout d’abord une étude préalable afin d’établir un diagnostic. Viendront ensuite les orientations stratégiques à 5/7 ans qui devraient être présentées lors d’assises du cœur de ville.

Après l’enquête réalisée par l’ADEUPA en 2008/2009 pour le réaménagement du centre bourg, à laquelle la municipalité n’a donné aucune suite, nous repartons pour une étude complémentaire, repoussant les échéances à encore plusieurs années…

Pour Idéo il faut que l’ensemble de la population soit impliquée dans cette réflexion, après tout, ce sont eux les consommateurs qui font vivre le commerce de centre-ville.

Enfin, il faut faire vite car de nombreux commerces sont dans une situation difficile !

5/ Information sur les entreprises retenues pour les travaux de viabilisation pour le lotissement « les résidences de Kermengleuz »

A l’occasion de cette information les élus de la minorité ont demandé confirmation que, contrairement aux promesses faites, le club house ne pourrait plus être utilisé par l’ASG. Le maire a confirmé en expliquant qu’ils avaient découvert que les branchements étaient communs aux autres installations du stade. Il n’y avait donc pas possibilité de maintenir l’utilisation du club house pendant les travaux. Après discussion avec l’ASG, un Algeco va être mis au CS Ballard en attente de la construction du nouveau club house promis.

La politique du fait accompli semble être de mise sur ce dossier, qui visiblement n’a pas été minutieusement préparé. Espérons qu’il n’y aura pas d’autres mauvaises surprises.

6/ Questions diverses

« On ne sert pas les muets », cette maxime semble être de mise à Guilers et pour avoir des informations les élus de l’opposition doivent se plier à l’exercice. Ainsi on a pu apprendre que le dossier de la fourrière n’avait pas trouvé d’issue. Le maire a confirmé qu’il avait fait une deuxième proposition de lieu qui avait été rejetée.

Déplacement de la décharge déchets verts : on y travaille, des discussions sont en cours avec Brest Métropole qui pourrait en reprendre la gestion. En attendant, les riverains continuent à subir les nuisances…

Le prochain conseil municipal est fixé……. au 1 décembre ! Ce sera donc le dernier de l’année.

Il est vrai qu’avec les informations fournies au préalable et le peu d’ouverture au dialogue et aux propositions, il n’est peut-être pas utile de multiplier les réunions.

Pour idéo la façon de mener les affaires de la commune est en complète contradiction avec les résultats des différentes enquêtes d’opinion qui montrent que les citoyens veulent plus de démocratie, et qu’on leur laisse une vraie place. Qu’on se limite à leur demander leur avis à chaque élections, c’est un peu court.

Toujours des incivilités, à quand des initiatives?

De façon régulière on trouve dans les nouvelles de Guilers des appels au civisme de la part de mairie. Ainsi cette semaine la problématique posée est celle de la décharge de déchets verts. Visiblement, malgré ces différents messages, la situation ne s’améliore pas. On peut même se demander si les appels de la mairie ne sont pas un aveu d’échec et une façon de reporter toute la responsabilité sur les seuls Guilériens.

Pour idéo, s’il faut inciter les citoyens au civisme, il ne faut pas pour autant se bercer d’illusions.

S’il n’y avait pas sur les routes la peur du gendarme et des radars, quels seraient les chiffres de la sécurité routière ?

De la même façon il n’est pas surprenant que sur une décharge sans aucune surveillance, il soit difficile de faire respecter des règles.

Espérons que dans le cadre du déménagement  de cet espace, le nouveau site sera aux normes et bénéficiera d’un minimum de contrôle, sinon on retrouvera les mêmes problèmes.

Que peut faire la municipalité ?

Plutôt que de passer des messages moralisateurs et sans suite, pourquoi ne pas faire une véritable campagne de sensibilisation ?

Comment appeler à lutter efficacement contre les incivilités afin de préserver le vivre-ensemble dans les quartiers de la ville ? C’est cette  problématique qui a été posée par la Ville de Bordeaux aux étudiants de quatre écoles de communication bordelaises.

Après une analyse de la situation, l’équipe des étudiants de 3ème année de Sup de Pub a constaté que les incivilités commises à Bordeaux découlaient d’un comportement égoïste et individualiste. Ils ont donc réalisé une campagne pédagogique s’adressant à tous les Bordelais en prenant le parti pris de l’humour pour capter l’attention des citoyens sans être trop insistant, ni moralisateur.
Leur idée ? Faire parler le mobilier urbain et surprendre ! Pour cela, ils ont mis en place un dispositif « de caméra cachée » pour capturer les comportements des passants. Cela donne des réactions spontanées souvent très drôles et prouve que le dispositif mis en œuvre fonctionne et engendre un véritable changement des comportements.

Parallèlement, une étudiante bordelaise de 23 ans, a réalisé un projet de campagne de sensibilisation sur les incivilités dans le cadre de ses études. Séduite par son travail, la mairie de Bordeaux a décidé de l’aider à concrétiser son projet en exposant ses affiches en septembre 2015

ba-sow-4_6ba-sow-3_4ba-sow-2_2

 

Bien sûr, Guilers n’est pas Bordeaux, mais pourquoi ne pas lancer une grande réflexion sur le sujet via les écoles de la commune, les associations.

Pourquoi pas une exposition d’affiches à la médiathèque ?

Bref, on attend des actes de nos élus plutôt que de simples mots.