Archives par mot-clé : environnement

Plus d’habitants, moins d’espaces verts ?

Une enquête Elipss de 2014 montre qu’un français sur 10 perçoit le manque d’espace vert comme un défaut de son quartier. De la même façon un sondage Ipsos de 2016 place le souhait d’espaces verts en tête des demandes de services publics locaux. Dans un contexte de budget municipal limité, 61% des répondants à l’enquête ont privilégié la création d’un parc, d’un square, d’un jardin public ou d’un terrain de sport.

Les espaces de verdure s’accompagnent d’une multitude de bienfaits  pour  les  populations,  pour  le  développement  durable  et pour l’économie locale.

La   littérature   scientifique et   économique apporte   aujourd’hui  de nombreuses preuves des bénéfices associés:

Les  espaces  verts favorisent la santé des  habitants  en apaisant

Le stress et en encourageant les activités physiques. Lieux de rencontres, les parcs, jardins et aires de loisirs renforcent le sentiment d’appartenance aux quartiers, et plus largement à la communauté.

Véritables   usines   biologiques, les   espaces   de   verdure contribuent   naturellement   à l’évacuation des eaux pluviales, ainsi qu’à  la  dépollution  des  eaux, de l’air et  des  sols. Ils favorisent la biodiversité au cœur même des grandes agglomérations.

Sur le plan économique, la gestion des espaces verts implique de nombreux emplois locaux. A  ceux-ci s’ajoutent des emplois indirects liés à  une  meilleure attractivité  démographique, touristique et économique des villes et des quartiers.

« Tous les voyants sont au vert pour que la population guilérienne continue à progresser sensiblement » les propos du maire dans le Ouest France se veulent rassurants. L’un des arguments qu’il met en avant pour l’attractivité de la commune est celui de l’environnement : L’environnement aussi est attractif : tout en se situant en périphérie de la Métropole, nous avons une vraie coupure écologique avec Brest.

Pourtant, depuis sa prise de fonction, on ne peut pas dire qu’il ait fait de l’environnement une priorité et sa politique de construction de nouveaux lotissements se traduit par toujours moins d’espaces verts.

On a l’impression que chaque parcelle disponible doit être l’occasion de nouvelles constructions. Une fois que tous les projets seront sortis de terre, quel sera la réserve foncière disponible sur Guilers ? Quel sera le % de celle-ci urbanisable ?

Si la préservation d’espaces verts peut paraitre anecdotique à Guilers avec la proximité du bois de Kéroual, celui-ci ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt !

Plus de ballons, place aux pelleteuses

Les pelleteuses et les engins de chantiers ont pris possession de l’ex-stade de Kermengleuz. Pour tous les footeux de Guilers et leurs supporters, ce n’est pas sans un pincement au cœur qu’ils voient disparaitre un lieu qui a connu tant d’émotions. Mais, c’est ainsi, la municipalité actuelle a décidé ( une fois les élections passées), de transformer cet espace dédié au sport en lotissement.

Notre commune souhaite donc avoir plus d’habitants……mais dans le même temps réduit les équipements sportifs ! Selon la municipalité, le terrain en synthétique de Louis Ballard suffit aux besoins de l’activité football, sauf qu’il manque à minima  un club house et une tribune pour retrouver l’équivalent de Kermengleuz. Il faudra donc encore mettre quelques centaines de milliers d’euros sur la table pour y parvenir. Mais la question de fond qui se pose est la suivante : que restera-t-il comme espace non construit à Guilers ? Qu’en sera-t-il de la qualité de vie que les habitants sont venus chercher ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Renversant….

Non, ce n’est pas une énième photo prise à Penfeld, mais bien dans l’enceinte du complexe sportif Ballard…

L’ancien panneau d’affichage, renversé entre l’entrée et le skate park est à l’abandon sur le bord d’une pelouse depuis déjà plusieurs mois.20160606_190327_resized

Sa dangerosité est établie, puisqu’il est protégé par un semblant de barrière, malheureusement sur une seule face. C’est vraiment un danger public pour les enfants qui circulent aux alentours…

20160606_190344_resized

Faudra-t-il attendre qu’un petit décide de se cacher dans cette ‘cabane’ et se blesse avec les vitres cassées pour qu’il soit enlevé?

Allez, faisons le pari qu’une fois cet article publié, il disparaitra vite….

Pique-nique Zéro Déchet, saison 1

Premier essai du Pique-Nique Zéro Dechet ce dimanche à Kéroual… Les participants étaient accueillis  par un petit apéro, servi, comme il se doit, dans un gobelet réutilisable!panier-piquenique

Moment convivial et à la bonne franquette, chacun avait fait l’effort de préparer un repas en suivant les règles annoncées dans la Lettre Idéo. Les desserts maison avaient remplacé les traditionnels yaourts ou gourdes de compote. Si l’on met de côté quelques opercules de bouteilles, les poubelles sont restées vides.

Petit challenge pour l’an prochain, et clin d’œil à certains participants qui se reconnaitront  😉 probablement_chips

  • Le paquet de chips dans un tupperware avant de quitter la maison, ce n’est pas tout à fait Zéro déchet!  Bien essayé, mais on vous a vus 😉 Les bouteilles plastiques, pas mieux!
  • Challenge pour l’an prochain: des chips maison à partager avec les participants et pour les boissons, des conteneurs en verre ou métal (thermos)….

Mais non, c’est juste pour taquiner… l’équipe Idéo était ravie de ce coup d’éssai. Pour l’édition 2, on se lance dans un barbecue géant?

 

Toujours des incivilités, à quand des initiatives?

De façon régulière on trouve dans les nouvelles de Guilers des appels au civisme de la part de mairie. Ainsi cette semaine la problématique posée est celle de la décharge de déchets verts. Visiblement, malgré ces différents messages, la situation ne s’améliore pas. On peut même se demander si les appels de la mairie ne sont pas un aveu d’échec et une façon de reporter toute la responsabilité sur les seuls Guilériens.

Pour idéo, s’il faut inciter les citoyens au civisme, il ne faut pas pour autant se bercer d’illusions.

S’il n’y avait pas sur les routes la peur du gendarme et des radars, quels seraient les chiffres de la sécurité routière ?

De la même façon il n’est pas surprenant que sur une décharge sans aucune surveillance, il soit difficile de faire respecter des règles.

Espérons que dans le cadre du déménagement  de cet espace, le nouveau site sera aux normes et bénéficiera d’un minimum de contrôle, sinon on retrouvera les mêmes problèmes.

Que peut faire la municipalité ?

Plutôt que de passer des messages moralisateurs et sans suite, pourquoi ne pas faire une véritable campagne de sensibilisation ?

Comment appeler à lutter efficacement contre les incivilités afin de préserver le vivre-ensemble dans les quartiers de la ville ? C’est cette  problématique qui a été posée par la Ville de Bordeaux aux étudiants de quatre écoles de communication bordelaises.

Après une analyse de la situation, l’équipe des étudiants de 3ème année de Sup de Pub a constaté que les incivilités commises à Bordeaux découlaient d’un comportement égoïste et individualiste. Ils ont donc réalisé une campagne pédagogique s’adressant à tous les Bordelais en prenant le parti pris de l’humour pour capter l’attention des citoyens sans être trop insistant, ni moralisateur.
Leur idée ? Faire parler le mobilier urbain et surprendre ! Pour cela, ils ont mis en place un dispositif « de caméra cachée » pour capturer les comportements des passants. Cela donne des réactions spontanées souvent très drôles et prouve que le dispositif mis en œuvre fonctionne et engendre un véritable changement des comportements.

Parallèlement, une étudiante bordelaise de 23 ans, a réalisé un projet de campagne de sensibilisation sur les incivilités dans le cadre de ses études. Séduite par son travail, la mairie de Bordeaux a décidé de l’aider à concrétiser son projet en exposant ses affiches en septembre 2015

ba-sow-4_6ba-sow-3_4ba-sow-2_2

 

Bien sûr, Guilers n’est pas Bordeaux, mais pourquoi ne pas lancer une grande réflexion sur le sujet via les écoles de la commune, les associations.

Pourquoi pas une exposition d’affiches à la médiathèque ?

Bref, on attend des actes de nos élus plutôt que de simples mots.