Vivre ensemble autrement : est-ce possible ?

Vous êtes sans doute proImage1priétaire ou locataire de votre logement. Depuis quelques années les initiatives se multiplient vers une troisième voie : l’habitat participatif.

Les prix élevés de l’immobilier rendent l’accès au logement de plus en plus difficile pour de nombreux ménages. Les listes d’attente pour des logements sociaux s’allongent, alors que le taux de rotation est extrêmement faible. En effet, une part croissante de ménages, disposant de revenus raisonnables, ne peuvent plus accéder aux logements sur le marché privé, que ce soit à l’achat ou à la location, et sont contraints de continuer à occuper les logements sociaux.

Pour les promoteurs de l’habitat participatif c’est une solution qui permet de se loger à moindre coût, de vivre autrement, plus collectif et écologique avec une mixité sociale et générationnelle. Le leitmotiv est de remettre l’humain au centre du projet et à sortir du logement individualisé. Il existe aujourd’hui plus de 400 projets en cours ou achevés de ce type en France.

L’habitat participatif permet à des groupes de citoyens de concevoir, créer et gérer leur habitat collectivement, pour mieux répondre à leurs besoins, en cohérence avec leurs moyens et leurs aspirations, en particulier en matière de vie sociale et d’écologie.

Ce mode de production de l’habitat est ouvert à toutes et à tous, de tout âge, tout niveau de ressources, tout milieu social, toute activité…

Les volontaires constituent un groupe qui se fédère autour d’un projet de vie et de relations de voisinage en élaborant son programme : organisation des logements privatifs, espaces communs partagés intérieurs et extérieurs.

Les futurs habitants définissent aussi leurs souhaits architecturaux et leur capacité de financement. Ils se réapproprient ainsi les décisions et responsabilités de l’acte de construire ou de rénover, d’adapter et d’entretenir leur lieu de vie, leur habitat.

Pour Idéo, ce type d’habitat peut être une réponse pour de nombreuses personnes mais pour que les projets aboutissent il faut que les collectivités locales les favorisent. Souvent il est très difficile pour un groupe d’individus, même très motivés, d’avoir accès au foncier disponible face aux professionnels du logement. A Guilers où les projets immobiliers se multiplient pourquoi ne pas laisser une place pour ce type de construction ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.